BIOTECHNOLOGIES: ENOBRAQ MONTE EN PUISSANCE!


Toulouse, le 10 avril 2018 – Pour sa troisième année d’exercice, la société toulousaine EnobraQ, spécialisée dans les biotechnologies, renforce son développement et annonce des évolutions dans sa structuration. Elle ouvre notamment son capital à trois grandes structures de recherche : l’INRA, l’INSA et le CNRS et confirme une 2ème levée de fonds en 2 ans pour un montant cumulé de 4,9 millions d’euros. Sofinnova Partners, Auriga Partners, Irdinov et SuperNovaInvest réitèrent en effet leur confiance. Ce soutien financier va permettre de poursuivre le développement sur trois axes, et notamment d’améliorer les rendements de certaines productions industrielles jusqu’à 20%. EnobraQ reconnue par ses pairs.
A travers cette nouvelle levée de fonds et l’entrée au capital de grands noms de la recherche tels que l’INRA, l’INSA et le CNRS, EnobraQ vient démontrer la viabilité de ses projets sur le long terme. Fondée par des investisseurs privés fin 2015, EnobraQ fut l’une des premières startups à être accompagnée par Toulouse White Biotechnology (TWB) sur le développement de projets innovants et également l’une des premières à recevoir le soutien direct de ses tutelles. 2 millions d’euros levés pour concrétiser des innovations de rupture
Forte des découvertes faites au cours des deux dernières années, EnobraQ travaille actuellement sur un projet permettant d’améliorer le rendement de productions industrielles jusqu’à 20%. Grâce à ses recherches de pointe sur l’utilisation du CO2, elle développe également un procédé de production d’acide lactique qui pourrait ainsi contribuer à diminuer la dépendance aux produits fossiles comme le pétrole, d’économiser des ressources nécessaires à l’alimentation mais aussi contribuer à réduire l’empreinte carbone. Enfin, la société s’intéresse à l’optimisation de la photosynthèse à travers un procédé démontrant une amélioration significative de l’enzyme permettant la fixation de CO2. Cette découverte pourrait, à terme, avoir un impact positif et durable sur la sécurité alimentaire à l’échelle mondiale. Accélérer l’industrialisation des procédés de biotechnologie
Dans sa nouvelle phase de développement, EnobraQ ambitionne de généraliser l’utilisation du CO2 comme matière première pour l’industrie. “Nous abordons aujourd’hui une phase stratégique de notre développement. Notre expertise dans l’utilisation en biotechnologie industrielle de la RuBisCO, la protéine la plus répandue au monde, nous permet de cibler les marchés de la nutrition, des bioplastiques et de l’agro-alimentaire. Cette nouvelle levée de fonds et le soutien de trois grands centres français de recherche publique va nous permettre d’étoffer nos champs d’actions et d’aboutir à la concrétisation de procédés durables.” explique Christophe Dardel, Directeur Général. À propos d’EnobraQ
EnobraQ est une start-up créée en 2015, issue d’un projet de recherche pré-compétitif soutenu par Toulouse White Biotechnology (TWB). Soucieuse des considérations écologiques et économiques, la société EnobraQ développe des technologies de rupture mettant en œuvre l’utilisation de CO2 et ciblant des marchés aussi divers que la nutrition, l’agro-alimentaire, la cosmétique, la pharmacologie et les bioplastiques.
Plus d’informations sur : http://enobraq.com/ target=”_blank”>Click here for the PDF version: CP EnobraQ – Levée de fonds Avril 2018

Contacts Presse
Agence OXYGEN – Mélissa Pontéry / Aurélie Vérin
Tél : 05 32 11 07 36 / melissap@oxygen-rp.com




CHRISTOPHE DARDEL PREND LA TÊTE DE L’ENTREPRISE ENOBRAQ ET ANNONCE DE FORTES AMBITIONS


Ramonville Saint Agne, April 27th 2017, La société toulousaine EnobraQ, spécialisée dans les biotechnologies, annonce la nomination de son nouveau Directeur Général, Christophe Dardel, 57 ans. Il succède à Michael Krel qui occupait le poste depuis la création de l’entreprise fin 2015. L’ancien DG, qui demeure membre du Conseil d’Administration d’EnobraQ, a quant à lui repris ses fonctions au sein de Sofinnova Partners. Cette nomination marque une nouvelle impulsion dans la stratégie de croissance de la start-up, qui prévoit notamment une nouvelle levée de fonds fin 2017. Ingénieur en automatisme et électronique de formation, Christophe Dardel débute sa carrière au sein de EI du Pont de Nemours et 3M. Il intègre en mai 2010, les équipes de DSM en tant que Président de DSM Dyneema, société créatrice et fabricante de la fibre Dyneema®. En 2003, il est également nommé membre du Conseil d’Administration de Nippon Dyneema Co., Ltd – joint-venture de DSM et Toyobo. Après huit ans passés au service du développement desfibres de haute performance, il intègre la filiale DSM Biomedical où il fera ses armes au sein de la Direction des activités mondiales de l’entreprise basée aux Etats-Unis. Il a notamment participé à l’acquisition de la société de dispositifs chirurgicaux Kensey Nash, l’un des leaders du secteur. En parallèle, il s’investit dans le Conseil d’Administration d’Actamax®, joint-venture de DSM et DuPont. Accélérer l’industrialisation des procédés en biotechnologies En tant que Directeur Général d’EnobraQ, Christophe Dardel est chargé de concrétiser l’ambition de l’entreprise, à savoir généraliser l’utilisation de levures utilisant du CO2 en tant que matière première de fermentation. Cette innovation de rupture consiste à concevoir un micro-organisme capable, à l’instar des plantes ou des micro-algues, d’utiliser le CO2 pour produire des produits chimiques actuellement obtenus à partir de pétrole ou par fermentation du sucre. « Je suis fier de rejoindre EnobraQ et de pouvoir contribuer à transformer le monde en généralisant l’utilisation du CO2comme matière première pour l’industrie chimique. Avec ce processus d’industrialisation d’un micro-organisme, nous produirons des molécules d’intérêt pour l’industrie, de manière durable, économique et écologique. Nous sommes dans une phase importante de l’évolution de l’industrie chimique et grâce à cette nouvelle technologie, nous allons avoir un réel impact sur les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. » Leopold Demideleer, Président du Conseil d’Administration, conclut : « Nous sommes très heureux d’accueillir Christophe chez EnobraQ. Son expérience commerciale internationale est un atout majeur pour accompagner notre start-up dans ses prochaines étapes de développement. » Une nouvelle levée de fonds d’ici à fin 2017 Depuis sa création en 2015, EnobraQ travaille activement au développement de procédés utilisant le CO2 comme matière première industrielle. Afin de soutenir cette innovation de rupture, l’entreprise a réalisé une première levée de fonds de 2,9 millions d’Euros en avril 2016 afin de développer à l’échelle du laboratoire une levure utilisant le CO2comme matière première de fermentation. Une nouvelle levée de fonds, prévue en fin d’année, permettra à EnobraQ de développer son procédé à l’échelle pilote. À propos d’EnobraQ EnobraQ est une start-up créée en 2015, issue d’un projet de recherche pré-compétitif soutenu par Toulouse White Biotechnology (TWB). Soucieuse des considérations écologiques et économiques, la société EnobraQ développe une levure capable d’utiliser le CO2 et de le transformer en matière première de fermentation, dans le but de produire des molécules d’intérêt pour l’industrie de manière durable, économique et cologique. Clickez pour la version PDF: CP – Nomination Christophe Dardel_VF
Contacts Presse
Agence OXYGEN

Mélissa Pontéry / Aurélie Vérin
Tél : 05 32 11 07 36 / melissap@oxygen-rp.com / @melissapontery




3 NOUVEAUX FONDS REJOIGNENT SOFINNOVA PARTNERS AU SEIN D’ENOBRAQ LORS D’UN TOUR DE FINANCEMENT DE 2.9 M€


Toulouse, 19 avril 2016. EnobraQ, une entreprise de biotechnologies développant des procédés de fermentations industrielles à partir de CO2, vient de finaliser un premier tour de financement de 2,9 million d’euros mené par Auriga Partners et Sofinnova Partners. IRDInov et CEA investissement ont aussi participé à ce tour d’amorçage. Les fonds levés permettront à la société de développer son programme de recherche visant à obtenir une preuve de concept avancée d’ici fin 2017. Créée fin 2015 par Sofinnova Partners, suite à un projet de recherche du démonstrateur Toulouse White Biotechnology, EnobraQ développe un procédé fermentaire utilisant du CO2 comme source de carbone pour la production de précurseurs de synthèses organiques et de polymérisation. Dans un contexte où les solutions technologiques sont attendues pour lutter contre le réchauffement climatique et trouver des substituts au pétrole, l’approche d’EnobraQ est révolutionnaire. Grâce un procédé biologique de capture du CO2 par des levures, sa technologie vise à réduire un des principaux gaz à effet de serre en l’utilisant comme source de carbone renouvelable. Elle apporte une réponse unique et innovante pour réduire la menace et saisir l’opportunité : nourrir des levures issues de sa technologie avec du CO2 et de l’hydrogène décarbonné pour opérer des synthèses chimiques sur mesure à une taille industrielle.
« Le succès de ce financement marque une étape importante ; c’est un grand honneur et une grande satisfaction d’avoir pu convaincre plusieurs fonds d’amorçage prestigieux de nous aider dans notre développement prospectif » commente Leopold Demiddeleer, Président d’EnobraQ. «Alors que la société est à un stade de développement encore très amont, et donc très risqué, nos investisseurs ont été convaincus par l’exceptionnel potentiel de la société » ajoute-t-il. À propos d’EnobraQ
EnobraQ est une société de biotechnologie qui développe des procédés fermentaires utilisant le dioxyde de carbone comme matière première pour apporter des alternatives biosourcées aux molécules d’origine fossile et particulièrement pétrolière. La société a été fondée en 2015 à la suite d’un projet précompétitif au sein du démonstrateur Toulouse White Biotech. À propos de Sofinnova Partners
Sofinnova Partners est un des leaders du capital risque en Europe spécialisé dans les sciences de la vie. Basée à Paris, l’équipe est composée de 12 professionnels de l’investissement issus d’Europe, des Etats Unis et de Chine. La société investit dans les technologies de changement de paradigme aux côtés d’entrepreneurs visionnaires. Sofinnova Partners intervient en priorité dans les start up et spin-off d’entreprises en tant qu’investisseur fondateur et chef de file. Depuis plus de 40 ans, la société a accompagné plus de 500 entreprises à travers le monde devenues des leaders sur leur marché. Sofinnova Partners gère aujourd’hui 1,5 milliard d’euros.
Pour plus d’informations : www.sofinnova.fr À propos d’AURIGA IV Bioseeds :
AURIGA IV Bioseeds est un fonds d’amorçage, doté de plus de 40M€, soutenu par la Banque Publique d’Investissement et le Fonds Européen d’Investissement. Le fonds soutient des sociétés technologiques développées à partir des connaissances et du savoir-faire en Infectiologie et en Microbiologie. AURIGA IV Bioseeds est géré par AURIGA Partners, société de gestion indépendante de capital innovation technologique, basée 18 avenue Matignon 75008 Paris et enregistrée au code du commerce sous le numéro RCS 419 156 351. AURIGA Partners investit en fonds propres dans des projets technologiques innovants à fort potentiel À propose de IRDInov :
IRDInov, géré par IRDI Gestion, est un fonds d’amorçage dédié au financement de sociétés innovantes en phase d’amorçage ou de démarrage. La stratégie d’investissement de ce fonds est centrée sur les projets de spin off d’entreprises issues des organismes de recherche publique ou privée dans tous les secteurs d’activité innovants (agro-industrie, aérospatial, santé, informatique, télécoms, chimie, énergie, environnement…), sur un espace géographique composé de l’Aquitaine, de Midi-Pyrénées et du Limousin. À propos de CEA Investissement
Créée en 1999, CEA Investissement se consacre au financement d’entreprises de haute technologie. Ses investissements s’appuient sur deux fonds : le Fonds « Amorçage Technologique Investissement” (ATI) (dont les souscripteurs sont BPI France au travers du Fonds National d’Amorçage, EDF, SAFRAN et BIOMERIEUX et le CEA) et le Fonds Stratégique CEA intervenant à tout type de stade de développement au capital de sociétés partenaires du CEA. Depuis sa création, CEA Investissement a financé le démarrage de plus de 50 start-up.
L’investissement dans ENOBRAQ a été réalisé avec le fonds ATI.




TWB ANNONCE LA CRÉATION D’ENOBRAQ, SPÉCIALISTE DE LA CAPTURE ET DE LA VALORISATION DU CO2 PAR LA LEVURE


Une solution pour réduire les gaz à effet de serre ? Partenaire de TWB, Sofinnova Partners finance le démarrage d’EnobraQ au travers de son fonds « Green Seed Fund » qui investit dans la société à hauteur de 1,3 million d’euros. Toulouse-Paris, le 26 novembre 2015 – Toulouse White Biotechnology (TWB), démonstrateur pré-industriel dans le domaine des biotechnologies industrielles géré par l’INRA annonce la création d’EnobraQ, une entreprise qui développe une levure capable d’utiliser le CO2 (atmosphérique ou d’une autre origine) et de le transformer en molécules d’intérêt pour l’industrie chimique. Cette société, installée dans les laboratoires de TWB, est issue d’un projet de recherche de TWB. Sofinnova Partners, un des leaders du capital risque en Europe spécialisé dans les sciences de la vie, et partenaire de TWB depuis son démarrage, est le principal investisseur d’EnobraQ.
Parmi les différents types de collaborations proposées par le dispositif de partenariat public/privé TWB, les projets de recherche dits « pré-compétitifs » sont issus d’un appel à projets lancé chaque année et destiné aux chercheurs académiques. Soumis par des équipes de recherche publiques, ils sont sélectionnés par les partenaires du consortium de TWB. Les projets retenus sont autofinancés par TWB grâce aux cotisations des adhérents qui les évaluent chaque année. Arrivés à maturité, ils sont proposés aux partenaires du consortium en priorité ; ils peuvent alors investir dans ces recherches et les accompagner jusqu’au stade industriel. En tant que partenaire de TWB, Sofinnova Partners s’est rapidement positionné sur le projet Carboyeast, un des premiers projets de recherche sélectionnés et autofinancés par TWB en 2012 et porté depuis presque 3 ans par une équipe pluridisciplinaire du LISBP – Laboratoire d’Ingénierie des Systèmes Biologiques et des Procédés (LISBP) de l’INSA Toulouse, encadrée par Denis Pompon, chercheur CNRS.
Créée début novembre 2015, et présidée par Leopold Demiddeleer, EnobraQ a pour objectif de développer un procédé biologique de capture du CO2 (atmosphérique ou issu de l’industrie) par des levures pour la production de composés chimiques. Elle est basée sur une innovation de rupture qui consiste à concevoir un micro-organisme synthétique (Saccharomyces cerevisiae) capable, à l’instar des plantes et des micro-algues, d’utiliser le CO2 pour produire une large gamme de molécules chimiques d’intérêt économique. Installée au sein des laboratoires de TWB, l’entreprise, dont le procédé est protégé par 3 brevets déjà déposés, prévoit d’accélérer rapidement son développement et devrait compter une quinzaine de chercheurs début 2016.
Leopold Demiddeleer précise : « Des solutions technologiques nouvelles sont nécessaires pour lutter contre le réchauffement climatique et pour trouver des substituts aux dérivés du pétrole. Dans ce contexte, le CO2 est à la fois une menace et une opportunité, il est à la fois un gaz à effet de serre et un composé chimique exploitable comme réactif. EnobraQ apporte une réponse unique et innovante pour réduire la menace et saisir l’opportunité : nourrir des levures issues de sa technologie avec du C02 et de l’hydrogène décarbonné pour opérer des synthèses chimiques sur mesure à une taille industrielle. C’est une vraie rupture ».
« La création d’une entreprise à partir d’un de nos projets de recherche autofinancés est un résultat très représentatif du mouvement que nous souhaitons insuffler pour valoriser la recherche et accélérer l’industrialisation des procédés en biotechnologies. C’est une première validation de notre modèle et de l’efficacité de ce partenariat public-privé original. Nous sommes collectivement très fiers de créer de la valeur et des emplois dans le domaine de la bioéconomie », s’enthousiasme Pierre Monsan, Directeur Fondateur de TWB.
Denis Lucquin, Managing Partner de Sofinnova Partners, déclare : « TWB est un excellent levier pour développer le marché des biotechnologies industrielles. La création de EnobraQ, qui développe des micro-organismes industriels susceptibles de fixer le gaz carbonique pour l’utiliser comme source de carbone pour la production de molécules chimiques, en est la parfaite illustration. Positionnée sur le marché des alternatives bio-sourcées aux molécules d’origine fossile et particulièrement pétrolière, EnobraQ est le huitième investissement de Sofinnova Partners dans les biotechnologies industrielles. Il est symbolique de notre politique d’amorçage : un projet amont et risqué, mais qui dispose d’un énorme potentiel » A propos de TWB :
Toulouse White Biotechnology (TWB) est un démonstrateur pré-industriel dont l’objectif est d’accélérer le développement des biotechnologies industrielles en facilitant les échanges entre la recherche publique et l’industrie. Il a pour vocation de contribuer à l’essor d’une bio-économie fondée sur l’utilisation du carbone renouvelable dans divers domaines (chimie-biochimie, matériaux, énergie…). Différents types de projets collaboratifs de recherche et développement sont proposés ainsi que des prestations de service personnalisées pour les entreprises.
Lauréat en mars 2011 de l’appel à projets pour le Programme Investissements d’Avenir (PIA), TWB bénéficie d’une aide d’Etat via l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). TWB est une Unité Mixte de Service (UMS) gérée par l’INRA, sous la triple tutelle INRA/INSA/CNRS. La signature de 18 M€ de contrats à fin 2015, après trois ans de pleine activité, conforte la pertinence du positionnement de TWB et de son rôle à l’interface du transfert public/privé.
Plus d’informations : www.toulouse-white-biotechnology.com/





Parc Technologique du Canal - Bâtiment NAPA CENTER B

3 Rue Ariane - 31520 Ramonville-Saint-Agne - France

E-mail: enobraq@enobraq.com